Pensée funèbre

21 jan

    Qu’on me pardonne ces quelques lignes d’émotion. Vendredi 20 janvier 2011, obsèques de Jean Dutourd à St-Germain-des-Près. Les écrivains sont comme les amoureux : un de perdu ne signifie pas qu’on en retrouvera dix. La supériorité de la littérature, c’est que le style demeure. Les lecteurs de ces deux chefs-d’oeuvre que sont “Les Horreurs de l’amour” et “le Demi-solde” s’en réjouissent.

    Quant à moi personnellement, humble pipelette prénommée Suzanne, il me reste ce petit mot me concernant, qui fut adressé voici quelques années à mon père, et qui m’est précieux.

S.A

 

No comments yet

Leave a Reply

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.