Tag Archives: nike

N’est SPA?

14 nov

 photo-copie-2.JPG

Moins glissants mais plus embellissants qu’un tobbogan d’Aquaboulevard, tels sont les mercredis branchés du bambin de pointe. Une nouvelle mode s’affirme pour la jeune génération : le Spa. French manucure, massage exfoliant, tout est accessible dès l’âge de trois ans dans ces “complexes bien-être”. On y apprend, entre deux biberons, à gérer son capital beauté. Car fini le temps où la crème antiride s’achetait vers 30 ans. Elle remplace désormais le Mytosil dans la trousse de toilette du mioche, comme prologue à la première injection de Botox (prévue pour l’année du bac).
Quoi de plus apaisant pour notre chéri qu’une journée détox entre copains, après cuite au champommy prise à la baby disco du Palais de Tokyo?

Enfin une bonne nouvelle pour l’enfant. Ses parents lui piquent ses Nike  et son terrain de jeu. Il prend sa revanche au Spa : c’est le sigle de la Société protectrice des animaux, le premier âge n’est-il pas digne d’une protection.
 

Syndrome Benjamin Button, Docteur ?

S.A


L’adulescent

23 juin

        Il porte des baskets Nike tricolores, couvre le buffet dans ses soirées de bonbons Haribo et parle verlan. L’adulescent – contraction d‘“adulte” et d‘“adolescent” – est comme ces grands-mères qui ont remisé leur tricot pour courir le monde en quête de tourisme équitable. Il refuse de vieillir. Fan des séries tv qu’il matte en boucle sur son écran plasma, il voue un culte aux héros de son enfance, Spiderman ou Bécassine, et  joue à la Play-station prostré sur son canap. Il adore se déguiser et pique leurs places de concert à ses ados d’enfants qui sont, par ailleurs, devenus ses “friends” sur Facebook. C’est la confusion des âges aggravée de la confusion des sexes. Tandis que le mari moderne pousse des poussettes et claque des bises entre copains, sa femme boit de la Leffe au goulot et se met à la boxe moyennant un soutif à coques d’acier.
       Et voilà que les petites filles portent des talons hauts, et s’envoient sms sur sms sur des cellulaires dernier cri.

J.A

Casting Mère/fille

30 mar

Léontine, 12 ans et sa mère, Madeleine, 32 ans

 

Si l’adulte aujourd’hui est bien dans ses Nike tricolores, c’est qu’il s’en donne les moyens. Il se berce les oreilles au moyen d’un lecteur MP3 à casque XXL, combat l’intempérie grâce à son sweat-shirt à capuche et connaît des matins paisibles puisqu’il ne se coiffe plus. Surtout, il a fait de sa vie une partie de rigolade : soirées déguisées, anniversaires surprise, sessions Playstation entre amis, fête des voisins et autres mondanités.
L’existence de l’adulte branché est un long fleuve douillet. Mais sa progéniture pré-adolescente n’a rien à lui envier. Elle vient de se faire offrir le dernier it-bag assorti à son top, son slim est « trop » dans ses low boots et son i-phone sonne toutes les trois secondes pour l’avertir du dernier poke d’un pote.
L’adolescence est en principe une période d’apprentissage par imitation. Il semblerait qu’aujourd’hui le processus s’inverse. Mais pas d’inquiétude pour la moyenne d’âge qui reste la même : l’infantilisation des parents se rééquilibre au jour le jour par une maturation accélérée des enfants. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes en marche…

S.A

 


Social Widgets powered by AB-WebLog.com.