Archive | septembre, 2017

PN

27 sept

maxresdefault-2

Puff Daddy, Sarko, Vincent Cassel dans Mon Roi de Maiwenn. Ajoutez votre voisin de palier : tous des PN (pervers narcissiques, en jargon psy). À la fois arrivistes, manipulateurs, menteurs, jaloux, égocentriques, mégalos mais aussi charismatiques, intelligents, enjôleurs, drôles et sociables. Avec eux on s’amuse. Ces prédateurs sans foi ni loi sont partout. Pas un magazine branché ou un site d’information qui ne tire la sonnette d’alarme pour mettre en garde contre ces dangers publics, proposant des tests savants pour mieux les démasquer. Modus operandi du PN : rendre accro sa proie en illuminant son quotidien par un feu d’artifice permanent. Témoins vos sœurs, copines et collègues de bureau qui toutes, sans exception, se plaignent d’être tombées dans le piège. Même vous, en y réfléchissant, vous vous demandez si votre mec, hein ? sous ses airs de gendre idéal, avec ses façons de séduire votre entourage et de vous couvrir de cadeaux à la moindre occasion…

Bien plus machiavélique et carnassier que le énième « salaud » rencontré sur Tinder, lequel bornera ses méfaits à ne plus donner signe de vie après consommation, le PN, tartuffe des temps modernes, vous humilie, vous vampirise, vous lessive, vous essore au jour le jour, jusqu’à vous conduire au burn-out. Objectif : vous détruire socialement en faisant le vide autour de vous. C’est sa manière à lui d’exister et de faire prospérer l’estime qu’il a de soi .

Mal du siècle ? Effet de mode ? Les experts et diseurs de vérités officielles expliquent la prolifération de cette espèce hautement toxique par un rapport à autrui de plus en plus utilitaire. Ils y ajoutent une culture de l’hyperconsommation qui pousse l’enfant-roi devenu adulte – et élevé par une mamounette – à séduire tout ce qui bouge afin d’apaiser un besoin frénétique de reconnaissance. Le père de ce maniaque, il faut le dire, est bien trop occupé à se snapchatter  et à jouer les super-héros ou les travestis dans des soirées déguisées pour se soucier de sa progéniture…

Reste que le fantasme de la nana moderne c’est le bad boy tendance caniche. Un mec tatoué, un repris de justice, un vrai méchant, si on est sûre qu’il poussera la poussette et qu’il changera les couches. Mais l’heure tourne. Joey Starr vous a posé un lapin ? Du balai, sale pervers narcissique !

Jeanne Ably


Social Widgets powered by AB-WebLog.com.