Dictature du cadeau

9 fév


Anniversaire, fête des mères, pendaison de crémaillère, Saint-Valentin, baby shower, enterrement de vie de jeune fille, départ à la retraite, arrêt maladie, girly, tout est bon pour faire la fête. Mais surtout pour raquer.
       Plus on vous entoure, plus la note est salée. Quatre copines se mariant dans l’année, trois potes nés la même semaine, deux collègues victimes de la grippe A et la moitié de votre salaire y passe.
       L’homme moderne refuse de grandir. Il continue à vouloir déballer des cadeaux sous le sapin. Et il a ses exigences. Liste de Noël, de mariage, d’anniversaire : faudrait tout de même pas recevoir deux fois la même théière. D’ailleurs, qu’est-ce qu’elle en sait, la tante Yvonne, du goût des jeunes ?
       Malgré les factures à payer, le prêt à rembourser, les ados à nourrir, la garde-robe à renflouer, impossible de ne pas participer à la quatrième cagnotte de la semaine pour le congé-maternité de votre collègue tête à claques.
       La moindre réticence vous reléguerait à titre définitif et sans appel au ban de la machine à café.  
       Payer, toujours payer. C’est du civisme. Et qu’on ne vous prenne pas à allonger moins que le voisin. Vous êtes à sec ? Faites un emprunt. Hypothéquez. Exilez-vous. Démerdez-vous. La dictature du cadeau n’a pas le pardon facile.

Jeanne Ably

 

One Response to “Dictature du cadeau”

  1. larelouducommentaire 28 février 2012 at 12 h 12 min #

    Figurez-vous qu’il y en a même qui mettent au pot pour offrir un an de cinema à leur bonne amie, c’est beaucoup trop ! mais jusqu’où nous saignera-t-on ?

Leave a Reply to larelouducommentaire

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.